La passante du Sans Souci de Joseph Kessel

Publié le par Mustango

Années 30, à Paris. Au bar du Sans souci le narrateur voit passer tous les soirs une femme, qui marche vite, elle est comme traquée. Cette femme l'intrigue et l'attire.

 

Résumé :

 

"Montmartre au petit jour. Chaque matin, l'auteur, attablé au Sans-Souci, voit passer une femme dans la rue. Elsa Wiener, il l'apprendra bientôt, a fui l'Allemagne. Son mari Michel y est resté, enfermé dans un camp. Elle chante dans les boîtes de nuit. Elle vit seule avec un enfant juif, Max, que les nazis ont rendu infirme.
Avec le portrait de cette passante des aubes transies de Pigalle, Kessel semble dire adieu au Paris des années folles. Ce livre, publié en 1936, parlait pour la première fois sans doute des camps de concentration hitlériens."

 

 

Le retour de Michel ne sera pas comme Elsa l'espérait, ce qui accentuera encore plus son désespoir.

On assiste à la longue chute d'Elsa, à sa déchéance, de chanteuse de cabaret, elle devient prostituée etc...

Un peu trop de description d'Elsa, de son corps, ses traits...

Ca se lit mais ça ne vaut pas "Ami entends tu..." du même auteur, qui reste pour moi au top.

 

Publié dans Litterature française

Commenter cet article