Carnets de la passagère d'Alain Louyot

Publié le par Mustango

Résumé :
"Carnets de la passagère, c'est le récit de la destinée incroyablement romanesque mais authentique de Sylviane, née à Paris en 1907.
Petite-fille d'émigrés ayant fait fortune aux Etats-Unis, lors de la " Ruée vers l'or ", elle est kidnappée puis cachée sous un faux nom, dans d'austères couvents, jusqu'à dix-huit ans. Ensuite sa mère, Américaine richissime, lui fait mener en Californie une vie mondaine dans l'espoir de la marier. Mais Sylviane rejette ce monde de paillettes et accepte d'être déshéritée pour épouser un modeste étudiant lorrain...
Résistante dans l'âme, Sylviane se distinguera pendant la guerre puis, aux côtés du général Patton, lors de la Libération. "
http://ecx.images-amazon.com/images/I/41pEGcl10IL._SL500_AA300_.jpg
Un parcours exceptionnel.
Au début c'est Cosette, sa mère va acheter des gants avec sa petite de 10 mois, le mari attend devant le magasin, la mère passe par une autre entrée, rejoint la gare Saint Lazare et disparait, direction les Etats-Unis. Déjà on sent le rocambolesque!
La mère n'aura de cesse de cacher sa fille et faire à croire à son ex mari qu'elle est morte naufragée, et vice versa elle fera croire à sa fille que son père est mort naufragé.
La mère s'occupe peu de sa fille, ce n'est pas vraiment son problème.

Sylviane grandit aux Etats Unis, puis dans des pensionnats vers Londres et dans le Gers, pensionnats miteux alors que sa mère pourrait lui payer beaucoup mieux. Mais il faut brouiller les pistes.

Sylviane est privée de tout : de père et de mère d'une certaine manière. Par contre elle n'est pas privée de soirées mondaines, de frivolité, de paraître.
Et puis au milieu d'un tel désastre, un miracle : l'éducation religieuse qu'elle a reçu et qui lui fera prendre pour mari un médecin rencontré à Lourdes, besogneux, honnête, et qui l'embarque à Nancy.

D'un côté belle réussite que de contrecarrer tous les plans de sa mère, de prendre l'exact contrepied de ce "modèle", de devenir quelqu'un d'autre, de bien plus intéressant.
De l'autre elle va s'ennuyer à Nancy, va faire beaucoup d'enfants (7), et va avoir la vie classique de l'épouse qui ne travaille pas et qui élève ses enfants. Là ça fait moins rêver!

On a encore affaire ici à une ogresse, la mère de Sylviane, mère toute puissante, qui veut tout diriger, qui est très égoïste.

Commenter cet article