Automne allemand de Stig Dagerman

Publié le par Mustango

Et si je n'avais qu'un mot ce serait " Wouah!"

 

Je suis arrivée par ce livre par le biais de Babelio et de listes que font les lecteurs de leurs livres (lu, à lire, etc).

Le résumé m'a emballé : un journaliste suédois, qui en 1946, sillonne l'Allemagne en ruine, et parle avec la population allemande en vue d'articles. Le livre est une compilation d'articles de Dagerman.

 

résumé :

1946.
Un journaliste erre dans les ruines des villes allemandes anéanties par les bombardements. Il se nomme Stig Dagerman, il est là pour les besoins d'un reportage mais il est avant tout écrivain. Quelques semaines durant, il va observer, questionner, descendre dans les caves à la rencontre de ceux qui s'y terrent, s'interrogeant lui-même, méditant sur la souffrance et l'angoisse, la haine et la culpabilité.
Peu à peu prend forme Automne allemand, ce livre qui, depuis sa parution chez Actes Sud en 1980, n'a cessé de s'imposer comme un témoignage de première force sur les conséquences de la défaite allemande et le destin de l'Europe.

 

 

J'ai adoré être plongée dans la période de l'après guerre, en Allemagne, période qui m'intérèssait moins et période sur laquelle on trouve, j'ai l'impression, moins d'écrits. A part le livre de A Wiazemsky, mon enfant de Berlin, qui évoque un peu l'Allemagne de 46-47, mais sans rentrer dans les détails, je n'ai rien lu là dessus.

 

Les gens vivent où ils peuvent : caves, wagons de train (pas étanches), dans l'humidité. C'est la lutte pour trouver des patates. Les Bavarois ne se gènent pas pour rapatrier chez eux des Allemands d'autres régions qui avaient trouvé refuge en Bavière.

 

A Stuttgard, les tribunaux de dénazification font des procès à tous ceux qui ont appartenu aux jeunesses hitlériennes, ou au parti. Ce qui revient à faire le procès de tout le monde. (DE LOIN LE PASSAGE LE PLUS INTERESSANT). Procès où il faut fournir des témoignages, des attestations comme quoi on a rendu service...on est quelqu'un de bien...

 

Ses propos ne manquent pas d'humour.

 

 

Commenter cet article

moustafette 30/10/2010 18:22


Je découvre votre site suite à votre commentaire laissé dans la Ruelle bleue pour ce même auteur. Je m'empresse de noter cet autre titre.