Le week end de Bernhard Schlink

Publié le par Mustango


"Si la société ne te convient pas, tu peux entrer au couvent ou élever des abeilles en Provence, ou des moutons aux Hébrides. Ce n'est pas une raison pour tuer des gens."


Dans le cadre de Masse Critique j'ai reçu le Week end de Schlink. Voilà donc mon commentaire.

11 anciens amis se retrouvent pour un week end lors de la sortie de prison de Jorg, qui a passé 20 ans en prison pour assassinat dans le cadre d'action terroristes. Une grâce presidentielle a permis sa sortie.
Lors de ce week end il y a un journaliste, une prof, une pasteure, un avocat, un homme d'affaires avec sa femme et sa fille, Christaine qui a organisé le w e à la campagne et son frère, tout juste sorti de prison. Ils se sont tous connus il y a 20 ans ou plus et certains ont partagé un même engagement pour un rejet de la société, qui a conduit Jorg à l'action terroriste et au meurtre.

"Nous n'avions pas le droit de regarder sans rien faire les enfants brûler dans le napalm au Vietnam, mourir de faim en Afrique, être brisés dans des prisons allemandes. (...) Je sais que nous avons mal utilisé la violence. Mais résister à un système de violence ne va pas sans violence".

Les différents protagonistes interrogent Jorg sur son action, a t il des regrets? A t il tout raté? Certains veulent comme Marko qu'il poursuive son engagement et le poussent à donner une déclaration à la presse, d'autres lui proposent un emploi. Jorg permet aux autres convives de s'interroger eux même sur leurs propres engagements. Qu'aurait il dans telle ou telle situation?

Un bon Schlink, agréable à lire. Mieux construit que le retour. Contexte historique intéressant. Ce livre m'a fait penser au film allemand 'the educators" qui traite de ce sujet du terrorisme, des enlèvements. Il m'a fait également penser à un livre d'Alice Ferney "les autres" pour le côté huis clos...
Schlink nous permet de nous interroger également sur ce type d'idéologie : faire la révolution pour en arriver à une société meilleur, peu importe les moyens.

Publié dans Littérature allemande

Commenter cet article

mustango 28/02/2009 16:11

Effectivement votre commentaire du livre est beaucoup plus fouillé. Mais mon blog est sans prétention!

christophe fétat 28/02/2009 13:07

Ce livre me semble bien plus complexe et riche que cela.