Le bonheur des tristes de Luc Dietrich

Publié le par Mustango

Luc Dietrich nous raconte sa jeunesse jusqu'en 1931, date de la disparition de sa mère, aide soignante, droguée,  qui fait mener à son fils une vie d'errance de ville en ville (Paris, Nord de la France, Auvergne...). C'est un premier roman, paru en 1935.

Luc ne vit pas toute sa jeunesse avec sa mère, il est recueilli par un oncle et une tante qui ne le trouvent pas très normal et l'envoient dans une sorte d'hopital pour enfants simplets ou pension.

Auteur relativement méconnu de nos jours et pourtant il mérite un petit détour


Luc est né en 1913, et est mort en 44.
Selon wiki : Dietrich raconte lui-même son enfance et son adolescence dans un livre publié en
1935, Le Bonheur des tristes, qui fut en lice pour le Prix Goncourt. Dans ce livre l'auteur parvient à s'extirper d'un certain niveau émotionnel pour transcender le côté pathétique de sa vie. À la mort de son père, il n'était âgé que de quelques années. Sa mère, droguée, intoxiquée, ne peut pas toujours le garder. Elle finit par mourir quand son fils aura 18 ans. Entre-temps le jeune romancier est placé dans des hospices pour enfants débiles, ou comme garçon de ferme (notamment à Songeson dans le Jura).


Publié dans Litterature française

Commenter cet article