Documentaires au festival du cinéma méditerranéen

Publié le par Mustango

Pic nic de l'espagnol Eloy Enciso. 1h15.


Documentaire contemplatif.
Benidorm et ses touristes, dont certains qui plantent les parasols dès 6h30 du mat' pour être sûr d'avoir de la place. C'est que le tourisme à Benidorm est
un sport de combat.
 Une ville balnéaire, pleine de touristes et pourtant le docu nous donne l'impression d'un certain calme dû au bruit de la mer, quelque chose d'apaisé. C'était très plaisant d'ailleurs, on fermait les yeux et on était au bord de la mer. On était sur la plage à des heures pas ordinaires (7h du mat'), et puis au fond on a l'impression que ces habitués s'ennuient.
Ce documentaire est
une expérience.

Le résumé :

Depuis plusieurs années un sceptique de Galice, un plaisantin de Madrid, un Aragonais têtu, un beau parleur des Asturies, un charlatan d'Argentine et un Navarrais viennent sur la même plage avec la même obsession : être les premiers à prendre possession d'une partie de territoire de sable. Chaque année, ces chevaliers errants, armés de parasols, luttent contre un aspect inéluctable de la réalité : le temps qui passe.



Rester là bas de Dominique Cabrera - 48 minutes.


Le résumé :

Portraits de pieds-noirs qui ont choisi de rester en Algérie
après l'indépendance. Alger. Du port aux souks en passant
par le jardin d'Essai, Dominique Cabrera nous transporte
sur cette terre qui l'a vue naître, de l'autre côté de la
Méditerranée « là où la mer est plus salée ». Si la plupart des
pieds-noirs ont quitté l'Algérie en été 62, certains sont res-
tés, certains ont voulu devenir algériens. En allant à leur ren-
contre à Alger, trente ans plus tard, la réalisatrice accomplit
un voyage intérieur.

Docu sur les pieds noirs restés en Algérie après l'indépendance du pays. On suit trois familles. Ces gens là ont vraiment cherché à s'intégrer : prénoms arabes pour leurs enfants, écoles arabes. Docu intéréssant, mais je ne m'attendais  pas forcemment à ça... 

Publié dans Cinema

Commenter cet article