Mémoires Birobidjan 1928-1996

Publié le par Mustango



C'est l'histoire d'une ville de Russie, à 5000 km de Moscou, qui devient en 1934 Région autonome juive (RAJ), La RAJ est une réponse au problème du peuplement de cette zone quasi désertique et au "problème juif". La langue officielle y est le yiddish. Par contre il n'est pas autorisé de pratquer la religion juive : pas de synagogue, ... Le projet du Birobidjan est un échec, la populaiton juive n'a jamais représenté plus de 10 % de la population totale de la région. Livre instructif. Un peu court.


Dans le cadre de la Comédie du livre 2008 à Montpellier nous organisons une expo sur la Russie sur le stand des BU de Montpellier, j'ai pris en charge le panneau sur le Birobidjan. Voilà mon court texte (qui ne devait pas dépasser les 1600 caractères), il y avait un certain nombre d'anecdotes que je n'ai pas pu caser dans le panneau.


Birobidjan : un territoire juif en Russie

 

Une des villes traversées par le Transsibérien est Birobidjan, capitale de la Région autonome juive (RAJ), fondée en 1934 par le gouvernement soviétique et dont la langue dominante est le yiddish.

Cette création résulte d’une volonté de développer et de peupler cette région, d’être un contrepoint au sionisme (mouvement pour la constitution d’un Etat juif en Palestine) et à terme d’assimiler les Juifs de Russie. L’immigration des Juifs y est favorisée, ainsi  que leur reconversion dans l’agriculture. Malgré des débuts difficiles dans une région désertique où la terre est impropre à la culture, l’entité connaît un développement économique et culturel à travers le yiddish. Cependant le yiddish à lui seul ne permet pas de sauvegarder une identité culturelle juive, la pratique de la religion étant interdite.

De 1934 à nos jours, le projet Birobidjan connaît alternativement :

-des périodes d’échec, de répression, de suspicion à l’égard des Juifs (les purges de Staline dans les années 30, de 1948 à 1953), où l’incitation à l’immigration est stoppée, où la vie culturelle juive est mise à mal.

-des périodes de  renouveau où l’enseignement du yiddish reprend et où la vie culturelle juive est favorisée (après la Seconde Guerre Mondiale, dans les années 80 avec la perestroïka, avec la chute de l’URSS en 1991), ainsi que des périodes de flux vers cette région grâce à la propagande et à des aides de l’Etat soviétique et des périodes de reflux au vu de l’inhospitalité des lieux .

Cependant la région n’a pu empêcher les départs vers Israël dès 1991.La population juive représente aujourd’hui moins de 5% de la RAJ.

Publié dans Histoire

Commenter cet article

keisha 16/01/2009 20:08

Le livre que j'ai lu sur un voyage en transiberien parle en effet de cette idée d'état juif. Histoire intéressante et peu connue.